Prenez le risque…

confiance

« L’homme supérieur est celui qui d’abord met ses paroles en pratique et ensuite parle conformément à ses actions » – Confucius

Les listes des qualités que doivent avoir les  bons managers sont nombreuses dans les publications de management. Il en est une cependant qui n’apparaît pas en tête de liste et qui pourtant revêt une importance particulière voire primordiale dans la réussite entrepreneuriale. Elle est souvent là cependant, en toile de fond, sans être véritablement mentionnée ni mise en avant. Elle se glisse dans les pas de qualités reconnues de longue date comme le courage ou bien encore plus récemment la bienveillance sans oser se montrer en plein jour et jouer sa partition de soliste.

Cette qualité n’est pas un don inné ni une aptitude acquise. Elle est une attitude face à la vie. Elle bénéficie à celui qui sait la faire grandir en lui et à ceux qui en reçoivent les fruits. Dans l’entreprise, mise en avant par le top management, elle apporte force et énergie individuelle et collective. Elle libère la motivation et constitue une source d’énergie qui nourrit l’engagement de chacun dans son travail. Si elle n’est pas présente son absence génère le doute sur ses capacités et la peur de faire des erreurs. elle obère la capacité contributive des collaborateurs quel que soit leur niveau dans l’organisation et leurs responsabilités. Cette qualité irrigue l’ensemble des processus de l’organisation. Lorsqu’elle circule librement dans écosystème de l’entreprise, quand elle se répand de manière naturelle dans les méandres de l’organisation sans être canalisée, bloquée à certains points, retenue ou bien comptée et délivrée chichement voire de manière conditionnelle aux membres de l’entreprise, elle peut donner toute sa puissance, renverser les obstacles et générer des niveaux de créativité, d’innovation, de coopération ou de collaboration inégalés.

Souvent considérée avec envie mais aussi avec crainte par celui qui la porte, elle est comme le feu. Il peut la donner ou la retenir, cela ne tient qu’à lui. Il la retient pour lui et rien n’arrivera, il la donne et tout peut arriver, il n’en a plus la maîtrise et cela le met en état de dépendance, il devient vulnérable. C’est un pari d’optimisme que de mobiliser cette qualité. C’est en somme un acte de foi dans l’autre. C’est en cela qu’elle est une force pour l’organisation qui sait l’apprivoiser et en faire un principe de fonctionnement.

Cette qualité c’est la confiance. A user et abuser sans modération

Publicités

Comment réussir dans un poste de direction

CEO2

Dans toute promotion ou prise de poste à un niveau « exécutive » il y a un risque d’échec non négligeable. Une enquête récente indique que plus de la moitié des personnes promues dans un poste de direction échouent au bout de dix-huit mois. La montée en altitude s’accompagne d’une raréfaction de l’oxygène et « faire un 8 mille » ce n’est pas de la varappe en forêt de Fontainebleau on en conviendra facilement, mais tout de même.  Vous allez être promus ou mieux encore vous venez de prendre un poste de direction et bien entendu vous ne souhaitez pas alimenter la statistique. Ceci pourrait vous intéresser.

La première question que vous devriez sans doute vous poser c’est celle-ci : Avez-vous une idée claire de ce qu’un rôle de direction suppose ? Si vous hésitez sachez que l’absence de vision réaliste de ce type de rôle est la cause de l’échec pour la moitié des impétrants. Alors prenez le temps d’y réfléchir et d’en parler ( avec moi par exemple). Ignorer cette question qui peut paraître triviale, incongrue, voire insolente peut vous conduire dans le mur. J’aurai quatre options de comportement qui pourraient vous aider à prendre un bon départ dans votre nouveau rôle:

authenticity

Restez authentique. Lorsque vous prenez un poste de direction, vous investissez que vous le vouliez ou non un rôle. Ce rôle projette une image autour de vous. Vous allez être perçu différemment. Des réactions de peur ou de vénération vont voir le jour dans votre entourage et vous allez être cerné par un halo de commentaires sur ce que vous êtes ou n’êtes pas. Tout ceci sera amplifié par la position que vous occupez. Tout aura de l’importance. Ne laissez pas les autres construire votre réalité. Ayez le courage et la volonté de rester qui vous êtes et de le montrer sans vous cacher derrière le rôle.

megaphone

Communiquez clairement. Maitrisez votre communication. Faites doublement attention à vos propos même dans les circonstances pouvant apparaître comme privées. Restez concis et précis, tout ce que vous allez faire et dire va être scruté et interprété. Votre capacité à passer en position « méta », à prendre de la distance va devenir critique et vous éviter de perdre en consistance et donc de perdre de la réalité au profit d’une image holographique qui vous échappe.

twitlight

Restez vigilant aux vérités difficiles à entendre.  Ce n’est pas la quatrième dimension mais vous allez entrer dans un monde où les informations sont filtrées pour de multiples raisons par l’entourage. Vous allez avoir à entendre ce que l’on croit être ce que vous voulez entendre. L’information brute aura du mal à vous atteindre. Dans cet océan de bonnes nouvelles vous serez parfois cependant confronté à des informations non traitées. Faites attention à votre réaction. Si vous sur réagissez ces opportunités disparaitront et vous vous installerez dans une bulle de confort vous privant des indicateurs de pilotage dont vous avez besoin pour réussir.

kaa

Soyez clair sur vos attentes, créez de la confiance. L’instauration de relations de confiance avec l’entourage est un élément indispensable. Cette confiance sera renforcée par la formulation claire et précise de vos attentes, de vos priorités de la façon dont vous voulez opérer avec vos collaborateurs, des limites de la délégation, des principes qui doivent prévaloir dans le fonctionnement quotidien.