Comprendre la culture de leadership, une question critique avant de s’engager…

46633358-un-troupeau-que-vu-de-dessus-forment-un-loup-qui-veut-manger-le-mouton-noir-Banque-d'imagesVous venez de jeter l’éponge avant la fin de votre période d’essai, ou bien mieux , on vous a montré la porte avant que vous en ayez eu ne serait-ce que la prémonition. Vous voilà bien embêté et eux aussi qui avaient investi tant d’argent et d’espoir dans votre arrivée….Oh oui il y a quelques mois vous avez fait votre homework, analysé les informations publiques, étudié le parcours et le pedigree de votre futur boss, googelisé tout ce qui pouvait l’être, interrogé avec des questions intelligentes (si..si..) la longue série de personnes que vous avez du rencontrer, depuis le moins au fait en début de processus jusqu’au plus renseigné qui a pris la décision de vous embaucher: aka votre futur boss. De leur côté on a décortiqué votre parcours, passé au crible votre passé, interrogé des gens qui vous ont bien connu, reniflé vos résultats, décrypté vos motivations évidentes et puis celles plus profondes, enfin bref on a fait un choix renseigné comme on dit. Et pourtant… la greffe n’a pas pris, c’est la tuile ! Vous étiez reconnu comme compétent à priori , votre « track record » parlait de lui même, il y avait tout pour que ça marche et puis patatras… C’était excitant de rejoindre une boite dynamique, en pleine croissance, avançant à 100 à l’heure, à l’organisation très plate derrière un boss rouleau compresseur….cela allait vous changer de votre job précédent dans une grosse entreprise aux nombreux niveaux hiérarchiques où d’habitude on fait carrière, où les décisions prises sont mûrement  réfléchies et discutées collectivement avant de donner lieu à un plan de mise en oeuvre confié à des opérationnels compétents et capables d’exécuter à la perfection ce qui leur est demandé. Là cependant dès votre arrivée vous avez eu l’impression d’embarquer sur un tapis d’entrainement lancé à pleine vitesse…. Pas d’échauffement, les sujets à traiter sont arrivés dès votre premier jour, vous avez dû décider à l’aveugle sans maîtriser l’information, vous deviez donner des directives engageantes pour la société dans l’instant, l’exécution était quasi immédiate, c’est à peine si vous avez vu votre boss durant le premier mois, des mails venant de partout s’accumulaient dans votre mailbox, vous avez fait des erreurs, pris de mauvaises décisions, vous ne dormiez plus, vos collaborateurs ne vous consultaient pas, ils poursuivaient leur progression à leur vitesse….  jusqu’au jour où la séparation s’est avérée nécessaire sans que vous ayez eu l’opportunité de démontrer ce que vous aviez à démontrer.

Vous croyez être le seul dans ce cas ? Que nenni! Les cas sont nombreux.  Tenez récemment une entreprise me rapportait que sur les cinq derniers recrutements exécutif seule une personne était encore en place après un an. quel échec. Alors que faire?

La dimension culture de leadership n’est pas assez prise en compte par les acteurs d’un processus de recrutement. Comprendre comment « ça marche » ,  identifier la culture de leadership en place à la tête de l’organisation et comment elle se décline au quotidien, la modéliser pour en tirer les traits marquants et ensuite évaluer le candidat pour valider sa capacité d’adaptation à ce modèle est sans doute un gage de survie pour le candidat dans son nouvel écosystème et une garantie de réussite de l’intégration au delà d’un programme classique de « on-boarding » structuré mis en place. Le ROI est là ! no question.

 

Publicités