Une certaine incertitude…

incertitudeConfronté à l’incertitude du marché et de son évolution, ou bien à l’incertitude concernant la situation économique ou encore concernant sa société et son activité, le manager doit évaluer les options qui s’offrent à lui et faire un choix renseigné. L’incertitude est certaine mais elle est probabilisable , elle est tissée d’alternatives possibles. En fonction des informations qu’il réunira et d’un raisonnement rationnel il pourra en diminuer le degré et trancher la question en choisissant une option lui permettant d’avancer. Ce choix qui est permanent  ouvre la porte à un autre personnage de cette tragédie quotidienne, le risque. En fait ce n’est pas l’incertitude qui est difficile à vivre, c’est bien davantage le risque associé à toute décision qui l’est.

Le risque, cette contingence indésirable mais appréhendée comme une réalité possible. Même si son occurrence est sans doute peu probable car tous les risques heureusement ne se matérialisent pas, elle n’en est pas moins présente.

Or face au risque nos capacités intellectuelles, nos facilités d’analyses ou de calcul ne sont d’aucun secours pour faire face. Le risque est un enjeux qui fait coexister la promesse d’un gain et les conséquences néfastes possibles de l’action engagée.  Certains rechercheront le risque sans se soucier des conséquences éventuelles d’autres chercheront au contraire à éviter la perte potentielle associée à la prise de risque, certains enfin seront assez indifférents aux bénéfices et aux désagréments éventuels. Cette variance de comportement est liée à nos schémas de pensée conscients ou inconscients. Notre attitude face au risque est modelée par des facteurs subjectifs qui modifient nos perceptions et influent sur nos décisions rationnelles.  Sauter d’un avion présente une part de risque insurmontable pour certains qui auront peur de s’écraser au sol et au contraire parfaitement acceptable voire souhaitable par d’autres qui y verront une occasion de voler librement dans le ciel.

Transposer dans l’entreprise les comportements peuvent être très différents entre les individus face à la prise de risque. Nous élaborons des représentations et des interprétations de notre environnement qui influent sur notre posture face aux situations que nous rencontrons et face au risque. Dans l’incertitude qui préside à toute activité,  nous prenons à chaque décision le risque de déclencher des conséquences positives ou négatives pour notre existence. Ceux qui ne se préoccupent pas de des risques négatifs comme la perte d’un emploi suite à une mauvaise décision seront plus à l’aise que ceux qui voient d’abord le risque de perte d’emploi et ses conséquences sur leur vie. Cette caractéristique influe sur les capacités d’innovation et d’exploration de nouveaux territoires, ce n’est donc pas trivial pour l’entreprise de se poser la question de l’appétence ou de la réluctance au risque chez un manager en fonction de la mission qui lui sera confiée dans l’organisation. Les conséquences de ses actes en seront modifiées. Un directeur de centrale nucléaire doté d’une forte capacité de prise de risque est sans doute aussi peu souhaitable  qu’un directeur commercial peu porté porté sur celle-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s