L’équipe performante, une savante alchimie

 

XV 2Tout dirigeant d’entreprise, manager, chef de projet rêve d’avoir des équipes efficaces capables de délivrer des performances exceptionnelles mais rares sont ceux qui y arrivent vraiment car c’est plus difficile qu’il n’y parait. Il ne s’agit pas seulement de réunir un groupe de personnes et de lui donner quelque chose à  faire pour constituer une équipe. Pour qu’une équipe existe trois attributs indispensables doivent pouvoir être observés dans un groupe. Tout d’abord l’existence d’un objectif commun connu et partagé, ensuite la présence dans le groupe des compétences complémentaires nécessaires à la réalisation de la mission et enfin des modalités et règles de fonctionnement générant l’interdépendance des membres de l’équipe. Si de surcroît des liens forts et une profonde connaissance réciproque nourrit l’empathie et l’altruisme des membres de l’équipe, alors celle-ci devient très forte et tous les espoirs de performance exceptionnelle sont permis. Ce sont là des conditions nécessaires à la constitution d’une équipe mais elles ne sont pas suffisantes pour que la performance soit au rendez-vous. Pour que l’équipe produise des résultats il faut aussi que la stratégie définie ainsi que l’organisation mise en place et les modalités de fonctionnement soient adaptées à l’atteinte du but commun défini. C’est le rôle du dirigeant de définir les conditions qui permettront le succès. Sa responsabilité est de comprendre l’environnement dans lequel il joue et de porter en permanence son regard au strabisme divergent à la fois sur l’extérieur pour en observer les évolutions et à l’intérieur pour s’assurer de la continuelle adaptation de son organisation aux enjeux. C’est lui aussi qui doit être capable d’inventer ou de permettre que soient définies les approches spécifiques qui permettront à ses équipes de faire la différence dans l’action pour remporter les victoires qu’il attend d’elles. La réussite ou l’échec d’une équipe est donc toujours le fruit d’une alchimie savante entre d’une part l’énergie potentielle du noyau constitué et les forces extérieures qui viennent perturber son fonctionnement et modifier son homéostasie. S’il l’on observe l’échec du XV de France avec ce regard il devient évident que celui-ci n’est pas le fait d’une seule personne ou d’un collectif déficient mais bien le fruit d’un système dysfonctionnel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s