The 10 successful leadership behaviors

leader(2)Management courses, books and articles are filled with advice and proposals about the « 10 successful leadership behaviors that bring success » and other recipes of the same kind. The idea here is certainly not to refute that there are indeed behaviors that are more appropriate than others, but to underline that these recommended behaviors are not in any circumstances, in any kind of situations, for everybody or any type of jobs, the appropriate behaviors to adopt. Is it for example better to act in an authoritarian manner or in a more flexible way? These two behaviors, like it or not, are valid and acceptable even if in our current environment and culture,  the tendency is to promote a more consensual type of approach rather than an authoritarian one.  These two behaviors have however both assets and liabilities that we’d better know. This is what we must keep in mind. Our behaviors bear consequences that can either be positive or negative depending on their adaptation to a given situation. In fact it could be more the excess or permanence of a behavioral trait that would be negative because it is unsuited to the situation. These unsuited behaviors are indeed ineffective and can harm our purpose. This is why it is important to develop an awareness of our core behavioral tendencies. Those that shape our image as a manager or a leader and are improving or not our impact and performance in the job. It is this self awareness together with a personal development program that will allow us to be successful in our role by adapting our leadership behaviors to each of the situation we are facing. Therefore, instead of copying these trendy  « 10 successful behaviors », develop yourself and chose your own tailored behaviors set.

Les 10 comportements qui apportent le succès

bad behavior 2Les cours ,les livres et les articles de management ne sont pas avares de conseils sur les « 10 comportements qui apportent le succès » et autres recettes du même acabit. Certes l’idée n’est pas ici de réfuter que certains comportements sont préférables à d’autres mais plutôt d’attirer l’attention sur le fait qu’ils ne sont pas toujours et en toutes circonstances , pour tout le monde et pour tous type de job , les bons comportements à adopter. Ainsi par exemple, est-il préférable de nous comporter de manière autoritaire ou bien vaut -il mieux avoir un style plus souple ? Les deux comportements en fait, que vous les aimiez ou non, sont valides et acceptables même si les tendances actuelles tendent à privilégier une approche plus consensuelle qu’autoritaire . Ces comportements cependant ont tous les deux des avantages et des inconvénients , des effets qu’il vaut mieux connaitre. C’est cela qu’il faut avoir en tête. Nos comportements ont des conséquences. Celles-ci peuvent être positives ou négatives selon que ces comportements sont adaptés ou non à une situation donnée. En fait ce serait davantage l’excès, ou la permanence du trait comportemental qui seraient par eux-même négatif car parfois inadaptés aux circonstances. Les comportements inadaptés sont en effet inefficaces et desservent notre propos. C’est pourquoi il est important de développer une conscience de nos tendances comportementales majeures. Celles qui structurent notre image de manager ou de leader et améliorent ou non notre impact, notre efficacité dans le travail. C’est cette prise de conscience et un travail sur soi qui assureront notre réussite en tant que leader en nous permettant de corriger et d’adapter notre comportement à chaque situation. Alors au lieu d’imiter les 10 comportements à la mode, privilégiez un travail de développement personnel et créez votre propre liste sur mesure.

In 2015 dare to fail

success & failure 2The leader greatest fear is failure. Among my clients what prevents them from doing what they would like to is often the fear to fail and all the nasty consequences of it. To fight this fear it is necessary to change our vision of the purpose of our actions.Our purpose cannot be only success in our enterprise because one can’t be always successful. If you ask successful entrepreneurs about their experience they will always tell you about their initial failures and how they overcome them to actually go one step further and eventually succeed.Overcoming our failures is in fact accepting the idea that success is not the opposite of failure but its complement. It is indeed producing the necessary efforts to complete the task and focusing on the preparation and planning of the tasks much more than thinking about a successful outcome that can be paralyzing in the course of action.  Why ? because the beauty of it is that efforts bring success more often than failure. Nothing new under the sun here. Maybe you think I’m pushing open doors and  you already know that this is what needs to be done and that this is what you’re personally already doing at work. I trust this is the case, but what is your behavior with your team ? How do you deal with their failures? Do you accept failures from their part ? Should you ? My answer is definitely yes. By favoring risk taking  and by focusing on the experience rather than on the outcome you may reinforce the amount of collective competencies in your team and strengthen the capacity of your human resources to deal with more and more complex challenges in the future. How can you do that ? what kind of leadership behaviors do you need to adopt to serve this ambition. My first recommendation would be to listen rather than to speak. Ask open questions that require detailed explanations and listen carefully to them. It will allow a deep analysis and understanding about what is happening. Second, when you’re with the team, get actively involved in the activity performed, don’t stay at distance giving orders and controlling execution. Third , dare to show genuine empathy rather than artificially congratulate or blame individuals. Finally , the most important is to be a role model and to recognize your own errors. This is the most difficult part but this will be recognized and will have a decisive impact on your environment.

I wish you a very good year 2015 , full of failures and of course successes.

Ces échecs qui conduisent au succès

succès & échec 2 La plus grande peur du leader c’est l’échec. Parmi mes clients ce qui les empêche de faire ce qu’ils auraient envie de faire c’est bien souvent la peur d’échouer avec son lot de conséquences plus ou moins plaisantes. Pour combattre cette peur il est nécessaire de changer notre vision de la finalité de ce que nous faisons. Le plus important n’est pas de réussir ce que l’on entreprend car il est quasiment impossible de tout réussir. Lorsque vous demandez à des personnes emblématiques du succès quel qu’en soit le domaine de raconter leur expérience, ils vous raconteront tous qu’ils ont tous connu l’échec mais ont su le surmonter pour aller plus loin. Surmonter un échec pour aller plus loin, c’est accepter l’idée que le succès n’est pas le contraire de l’échec mais son complément. C’est se focaliser sur l’effort fourni pour y arriver, se donner à fond et bien planifier, bien penser son action pour obtenir le résultat final escompté mais sans être paralysé par l’enjeu du succès. Car la beauté de la chose c’est que lorsque l’on se donne à fond on a moins de chance de faillir et d’échouer. Bon , vous me direz que j’enfonce ici des portes ouvertes et que bien sûr vous savez bien que c’est ce que vous devez faire et d’ailleurs ce que vous faites. Mais qu’en est-il de votre comportement avec vos collaborateurs? Quelle est votre approche de l’échec avec eux? Pouvez-vous accepter leur échec vous qui ne vivez que pour la performance? Il me semble que oui , en favorisant la prise de risque et en vous focalisant non pas sur le succès ou l’échec de telle ou telle initiative mais sur le capital d’expérience qu’en a tiré l’organisation. Cette expérience, cette accumulation de connaissances et de créativité est plus importante pour l’organisation que le succès ou l’échec. Elle renforce la somme de compétences disponibles dans une équipe et sur la durée s’avère bien plus profitable pour les succès futurs. Soit, mais alors comment faire, quels comportements adopter pour permettre de libérer ces énergies disponibles et réduire chez vos collaborateurs la peur de l’échec? Quelques comportements peuvent être mis au service de cette ambition : En premier lieu je vous suggère d’écouter au lieu de parler lorsque vous êtes avec vos équipes. Posez des questions ouvertes autorisant les explications détaillées et permettant de développer l’analyse et la compréhension de ce qu’il s’est passé. Contribuez activement le plus souvent possible  au travail des équipes au lieu de rester à distance et de vous cantonner à donner des ordres et à contrôler le résultat final. Osez l’empathie et non pas uniquement le simulacre des félicitations et des blâmes.  Enfin, par dessus tout soyez un modèle, reconnaissez publiquement vos propres erreurs, c’est peut être le plus difficile mais ce sera reconnu , apprécié et cela aura un impact certain sur votre environnement.

Alors pour 2015 , je vous souhaite une année pleine de succès et d’échecs pour une année réussie.