Oser regarder la réalité en face

angle mortsConfronté à une situation dérangeante , une situation de harcèlement par exemple, il n’est pas rare d’observer de la part des personnes en charge, une attitude de déni, de refus de la réalité . Pourquoi les yeux et l’esprit se détournent-ils de faits observés alors qu’ils provoquent une gène évidente? C’est sans doute que ces situations heurtent les convictions de ces personnes et portent atteinte à l’image qu’ils ont d’eux-même et à ce qui constitue leur système de valeurs. C’est pourquoi pour se protéger, leur cerveau laisse les émotions prendre le contrôle au lieu de permettre une analyse rationnelle de la situation et la prise des mesures qui s’imposeraient. Dans ces situations ce que l’on ressent peut être très inconfortable et très déstabilisant pour l’amour-propre.

En fait dans ce type de situation leur réaction pourrait être comparée de manière triviale à celle que nous avons en cas de mal de dents . Dans un premier temps, notre cerveau cherchant à éviter ce qu’il identifie comme un danger, nous ignorons la douleur dans un réflexe émotionnel de fuite par rapport à l’idée d’une séance chez le dentiste. Dans un second temps , la douleur ne faisant que s’aggraver et devenant insupportable nous pousse à réfléchir de manière plus rationnelle à la situation et accepter de confronter le problème en allant nous faire soigner.

Dans ces cas, la situation ne peut changer par elle-même en l’absence de décision. Elle perdure mais ne peut être ignorée trop longtemps en raison de l’inconfort psychologique qu’elle provoque. Nous sommes dès lors finalement contraints d’agir et parfois trop tard. Or tout comme chez le dentiste , une décision plus rapide aurait pu permettre d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard . Il faut donc être attentif face à des événements dérangeant, à nos peurs et à nos convictions qui sont autant d’angle morts nous empêchant d’appréhender la réalité et de nous y confronter. C’est d’autant plus vrai si la reconnaissance de notre entourage nous donne à penser que nous sommes infaillible. Cela rend notre capacité de remise en cause très limitée.

Publicités

Devenir manager, plus qu’une formation, un travail sur soi

devenir un managerDevenir manager. Ce peut être un rêve, un objectif ou un crève cœur. Quelle que soit la situation , l’évolution n’est pas simple . Prendre une responsabilité hiérarchique n’est pas neutre, cela réveille des craintes sur sa propre capacité à passer ce cap qui sépare celui qui fait et qui est focalisé sur la technique et l’action et celui qui fait faire par d’autres pour obtenir le résultat attendu. Pour quelqu’un qui a évolué dans des fonctions de contributeur individuel et qui a su valoriser sa contribution en prenant appuis sur ses savoirs-faire jusqu’à devenir un spécialiste reconnu dans son domaine, le changement représente un obstacle à franchir. Il doit endosser un nouvel habit, changer d’identité, devenir quelqu’un d’autre dans le regard des autres . Il doit non seulement acquérir des capacités nouvelles dans des domaines ignorés de lui même  jusqu’alors mais en même temps être capable de s’extraire de ces modélisations apprises pour construire son propre logiciel de fonctionnement dans ce nouveau rôle. Son impact ne dépendra plus de sa capacité de compréhension d’un sujet mais de sa capacité à maîtriser un processus managérial visant à souder une équipe autour d’un objectif commun. Le candidat manager devient responsable des autres et non plus de lui seul. Son système de valeur se trouve bouleversé par l’intrusion de l’humain et de sa variabilité dans ce qui était auparavant simple comme peut l’être la technique et ses lois. Cette nouvelle dimension humaine le conduit à penser différemment. Les rapports de causalité entre ses actions et les résultats ne sont plus linéaires mais circulaires et impliquant d’autres acteurs que lui même. Manager, il entre dans une logique systémique aux caractéristiques plus complexes à appréhender. Dès lors, un véritable processus de deuil s’engage dans le franchissement de cette étape professionnelle. Il s’agit d’un changement profond qui nécessite un travail sur soi et un accompagnement pour permettre une transition en douceur pour un succès avéré dans ce nouveau rôle.