Engagement (n.m)

engagement
La Coupe du Monde de football nous donne l’occasion de réfléchir à la notion d’engagement. Dans ce sport, l’engagement c’est la mise en jeu du ballon. Dans le monde de l’entreprise c’est plus ou moins la même chose, l’entrée en jeu du salarié dans la partie qui se joue. Imagine-t-on un match de football sans ballon ? Et bien si l’on en croit une récente enquête Gallup aux Etats-Unis c’est pourtant plus ou moins le cas dans les entreprises américaines. Seuls 30% des salariés sont réellement engagés dans la réalisation de leur travail. 50% passent le temps et 20% ont un comportement néfaste. Cela serait-il différent en Europe? Rien ne nous le laisse penser.
En fait il semble que l’entreprise fonctionne comme un train. A l’avant la locomotive tire la moitié des wagons dans lesquels des salariés sont assis et admirent le paysage pendant que dans les wagons de queue ça se bagarre et des petits malins, cassent les vitres et détruisent les sièges ou encore tirent sur le signal d’alarme pour freiner le convoi.
Alors comment faire pour que le maximum de personnes soient réellement engagées et permettent au train d’arriver à destination et à l’heure?
Autrement dit comment faire pour que les passagers soient plus nombreux à vouloir monter dans la locomotive et à faire ce qui est nécessaire pour arriver à la destination annoncée à l’heure prévue.
La réponse réside dans une meilleure compréhension de ce que ses « clients » ont envie d’acheter. Où ont-ils envie d’aller ? A quel tarif ? Dans quelles conditions ? Quel billet veulent-ils ?
Parvenir à comprendre cela et développer une offre ( de leadership) adaptée aux attentes de ses clients et qui soit rentable pour la société pour satisfaire aussi l’autre « client » actionnaire est une tâche primordiale pour le dirigeant.
Cette offre ce sont des actes. Seuls comptent les actes. Les discours sur les valeurs ne suffisent pas. Le dirigeant doit donc veiller à ce que le leadership, c’est à dire le service vendu par les différents niveaux de management , s’incarne dans leurs activités et que celles-ci soient achetées par les collaborateurs de l’entreprise. Vaste programme d’autant que tous les niveaux de management sont interdépendants car ils sont eux mêmes clients et fournisseurs des autres niveaux. C’est donc d’une invitation à révolutionner l’ensemble du système managérial pour se focaliser sur les activités génératrices d’engagement dont il s’agit.

Publicités