Leaders, évitez les déraillements

deraillement 2De temps à autre, nous voyons soudain quelqu’un à qui tout souriait se prendre les pieds dans le tapis et commencer à poser davantage de problèmes qu’à en résoudre. On trouve en général cette espèce particulière d’individu dans les cercles de pouvoir quelle qu’en soit la nature (suivez mon regard…) mais rassurons-nous si je puis dire, personne n’est vraiment à l’abri .Dans les entreprises on les repère à leur perte d’efficacité , ces « astres noirs » qui agissent au détriment de l’organisation et qui freinent leur entourage tout en creusant leur sillon avec constance. La « victime » présente différentes pathologies, il y a le « Tyran » qui impose ses vues et ne veut rien écouter, le « Cerbère » qui ne jure que par le respect des règles ou bien encore l »Excité » complètement déconnecté qui ne réfléchit plus à ce qu’il fait mais reste enthousiaste. Tous ont en commun de ne pas se rendre compte de la situation car ils s’enferment dans leur bulle.Les caractéristiques en effet de ces déraillements psychologiques sont une perte de contact avec la réalité et une conscience de soi très diminuée. Notre cerveau qui fonctionne sur une logique simple de minimisation du danger et maximisation de la gratification, interprète comme une menace tout événement qui remet en cause ce principe. Il perçoit alors ce « danger » et déclenche notre peur. Celle-ci peut prendre plusieurs formes, peur de perdre en statut, de perdre nos certitudes ,de perdre notre autonomie ou nos relations avec nos congénères.Cette peur éteint notre capacité de réflexion et nous donne à penser que nous ne sommes pas bien traité par notre entourage au lieu de nous faire questionner la validité de nos actes. Dans ces situations nous partons alors en vrille et notre cerveau devient un catalyseur de dysfonctionnements. Il met en oeuvre des parades automatiques pour nous protéger, préserver notre amour propre et auto-justifier nos actions, renforcer nos croyances et refuser nos erreurs.Dans ce miroir déformant nos émotions sont alors aux commandes mais nous croyons qu’il s’agit là de réflexions censées et que les autres ont tort et sont dans l’erreur.

Nous pouvons nous entraîner à diminuer cet angle mort qui nous empêche de voir la réalité dans sa globalité. Cela nous permettra de rester sur les rails. Pour cela, changer de miroir, prêter attention aux moments où nous pensons être « absolument certain » , être curieux et poser des questions d’approfondissement  tout comme réfléchir non pas en terme d’alternatives (ou) mais en terme d’options complémentaires (et) sont de bons moyens pour garder les commandes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s