Comment évaluer l’efficacité d’un coaching

coachingCe qui retient parfois nos clients d’engager un coaching réside dans la difficulté qu’il y a bien souvent à mesurer l’efficacité de l’opération. je vois beaucoup de tentative de réponse à cette question : Qu’est -ce qu’un coaching réussi ? Pour le commanditaire quand il existe , ou pour le client , un résultat observable , la constatation d’une évolution du comportement , d’une montée en puissance rapide dans une nouvelle fonction ou bien encore d’une sortie de crise pour le business dont il a la charge sont autant de signes d’une opération efficace et de la  qualité professionnelle du coach .

Bien entendu la résolution de la problématique ayant entrainé le recours à l’accompagnement est souhaitable mais un coaching réunit deux personnes dont l’interaction est porteuse de potentiel mais sans garantie d’un résultat. Le client coaché , tout comme le champion sportif, peut ne pas parvenir à réaliser la performance souhaitée malgré ses efforts. Le rôle du coach est de l’amener à exprimer son talent en l’aidant à  dénouer l’ensemble des obstacles qu’il rencontre dans la mise en œuvre de son ambition quelle qu’elle soit. Mais il ne doit et ne peut en aucun cas se substituer à son client dans le processus. Alors mesurer l’efficacité d’un coaching sur les résultats parait  inadapté à la situation et ma préférence va à une mesure de l’efficacité centrée sur le processus de coaching. à cet égard les conditions d’un coaching efficace pourraient être les suivantes.

(1)L’existence chez le coaché d’une conviction de la valeur du coaching et une motivation forte de s’y engager. Il faut également un contrat clair et partagé (2) entre les deux protagonistes et une alliance, une reconnaissance mutuelle équilibrée  dans l’effort engagé. Ensuite, durant le processus de coaching , le coach ne doit pas hésiter à faire bénéficier le coaché de son expérience professionnelle et de ses suggestions éventuelles (3). Cela permet d’aller plus rapidement à la solution et de ne pas s’en tenir à un coaching psychologique et ouvert sur le possible mais ne tenant pas compte des réalités. La traduction en actions (4) par le coaché d’objectifs comportementaux est par ailleurs d’une grande efficacité durant le processus surtout lorsque le coaching porte sur l’exercice du leadership.La mise en place enfin d’un cadre (5) par le coach autorise le coaché à prendre des risques en toute sécurité. Le coach alors peut remplir son rôle de guide, d’inspirateur et de facilitateur, en s’appuyant sur sa perspicacité , son discernement et ses capacités d’analyse  pour accompagner son client dans la résolution de ses problèmes et la réussite de ses objectifs.

Publicités