Quand ça change ça change !

Jean, le majordome des Tontons Flingueurs d’ Audiard ne s’y est pas trompé lorsque Raoul Volfoni et son frère font irruption dans la villa pour récupérer leur argent. «  Quand ça change, ça change » dit-il en s’emparant d’un revolver et en prévenant la fine équipe installée dans la cuisine.

Le changement en effet s’impose à nous souvent à l’improviste, dans des moments de crise, et requiert des actions rapides, précises et ciblées de la part des leaders en charge pour permettre l’adaptation porteuse de résultats. Dans le cas contraire les exemples ne manquent pas d’entreprises et d’organisations qui ont disparues faute d’avoir su se mobiliser suffisamment rapidement et en bon ordre.

Le rôle du leader est de s’emparer du sujet et de créer en interne un sentiment d’urgence sans craindre de générer de l’inquiétude ou de la démotivation car en son absence chacun trouvera les raisons de ne pas faire les efforts nécessaires.

Mais le leader ne peut pas tout par lui-même et s’il doit surtout au début s’engager personnellement pour faire la différence,  il doit également faire confiance à ses collaborateurs et constituer un noyau de champions auquel il donnera  les moyens de prendre le relais de l’action pour faire bouger les lignes.

Ensuite il s’agira de définir une vision du futur, claire, compréhensible motivante, concise faute de quoi le changement ne perdra dans une suite de projets confus et désordonnés, incompatibles entre eux.

Le leader doit également communiquer fortement sur cette vision et faire preuve d’une congruence parfaite dans son approche. Croire ce qu’il dit / Dire ce qu’il fait / Faire ce qu’il dit. Il donne alors à ses équipes les moyens nécessaires à la transformation et s’assure de quelques étapes intermédiaires dont il valorisera les résultats pour ancrer ensuite dans la durée un changement durable tout en évitant un optimisme excessif sur les succès à venir pour maintenir la pression et éviter que ses collaborateurs ne s’engagent dans des actions trop risquées.

Pour aborder une telle situation avec la bonne posture,  le leader a trois axes de travail :

  •   Comprendre les processus du changement à l’œuvre
  •   Comment faire face aux réactions de ses collaborateurs, actionnaires ou clients
  •   Comment aborder l’impact du changement sur lui-même.

Il s’agit d’une démarche d’ajustements réciproques à une réalité changeante et vécue différemment par tous les protagonistes. Le leader pour réussir doit appréhender et prendre en compte l’impact du changement sur les protagonistes et les implications personnelles sur chacun. La réussite viendra du  sentiment de chacun d’avoir été traité de manière équitable, d’avoir été considéré et d’avoir eu la possibilité de donner son point de vue.

Mais pourquoi, pourront objecter certains, devrais-je respecter ces règles ? Chacun pourra y voir une raison morale mais avant tout n’est ce pas une garantie de succès et donc de ROI quantifiable.

Plutôt que de se flinguer allègrement dans la maison, nos Tontons ont préféré se mettre à l’heure des tables rondes et de la négociation et s’adonner – même s’ils n’étaient pas venus pour beurrer les tartines – aux tâches ménagères qui ne sont pas sans noblesse pour le plus grand bénéfice de tous.

C’est aussi simple que cela.

Publicités

3 réflexions sur “Quand ça change ça change !

  1. Well done Eric !
    Le vieil Heraclite avait déjà pensé au changement dans ce sens, rien de demeure sans changement. Le Cognac est le produit de cette philososphie …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s